Les paysages surprenants de l’Utah

Que dire de l’Utah? Premièrement, on peut certainement avouer que nous sommes tombés littéralement amoureux de cet état aux particularités géologiques impressionnantes. On peut aussi dire que nous aurions aimé y passer BEAUCOUP plus de temps. Malheureusement, nos 182 jours aux Etats-Unis étaient presque atteints…

Nous avons visité deux beaux parcs de l’Utah: Zion et Bryce Canyon. Par contre, il nous en reste tellement à voir. On pourrait y revenir pour une saison complète sans s’ennuyer.

C’est que la nature y est superbe! Les paysages sont parfois surréalistes. Il y a des couleurs partout et une telle diversité! Et pour nous, passionnées de randonnée, les possibilités y sont énormes.

 

Zion National Park

Nous étions campé dans un super blm à environ 20 minutes du parc. Un endroit tranquille avec des superbes paysages, mais surtout avec des beaux trous de vase pour amuser les enfants 🙂  Tout près, nous avons même aperçu un serpent à sonnettes…

IMG_6295

20170510_182355

IMG_6254

 

Zion est un parc vraiment intéressant. Les paysages sont majestueux. Le seul hic, c’est que c’est un parc achalandé… Un service de navette est obligatoire pour accéder à une bonne partie du parc. Et les stationnements sont difficiles à trouver si on arrive en après-midi.

IMG_6507

IMG_6277

 

Nos randonnées

Parmi les randonnées intéressantes, Angel Landing est probablement la plus populaire. Elle est aussi particulière. En effet, des chaînes sont installées pour la dernière montée afin de faciliter l’ascension (sans trop de danger). Le sentier n’est pas si difficile; cependant il ne fait pas avoir la peur des hauteurs pour s’y aventurer!! C’est Steven qui a tenté l’expérience.

IMG_6347

IMG_6358

IMG_6418

IMG_6440

 

 

IMG_6403

IMG_6461

 

Emerald pool est une randonnée plus de type familiale, mais le paysage est assez spectaculaire aussi. Comme chaque enfant a le droit à sa randonnée seul avec maman ou papa, Alice a eu droit à son tour avec maman pour passer tout en arrière des belles petites chutes.

20170511_104419

De mon côté, j’ai entrepris seule le sentier Observation point et Hidden Canyon afin de pouvoir apercevoir des canyons en fente et aussi pour avoir la meilleure vue du parc! Le sentier est long et vraiment intéressant. Et j’ai enfin pu voir des petits canyons en fente… avec en prime un joueur de flûte assis tout au milieu du canyon. Quel bonheur! J’ai resté plusieurs minutes à l’écouter… Le son amplifié par le canyon… Moment magique 🙂

IMG_6493

IMG_6517

IMG_6526

IMG_6534

IMG_6604

IMG_6616

 

Bryce canyon

Nous avons vraiment été impressionnés par Bryce canyon! La première fois que nous avons vu l’ampleur des hoodoos, toute la famille a été conquise! Les hoodoos sont des créations naturelles de mère nature. On dirait parfois des châteaux, des cathédrales, des statues… Ces formes sont dues à l’érosion par les précipitations acides et aussi à cause du gel et dégel très fréquent. Il y a aussi une particularité géologique associé à un ancien lac de boue; ce qui fait que les hoodoos sont des roches plutôt friables.

Le parc est en altitude alors la température est plutôt fraîche et la neige est possible à tout moment de l’année. Nous étions installés dans une « national forest »… Une belle forêt de pins avec des tas de chevreuils qui viennent nous rendre visite. Et ce camping gratuit est situé à peine à 5 minutes de l’entrée du parc!!

IMG_6660

 

Nos randonnées

Plusieurs randonnées permettent de descendre dans l’amphithéâtre des hoodoos. Il y a plusieurs boucles disponibles pour toutes les conditions physiques. Toutes les randonnées que nous avons faites ont été vraiment superbes! Unanimement, les randonnées dans Bryce canyon ont été nos préférées pour la qualité des paysages. Et pour les enfants, c’est magique. Il y a des tunnels partout, des ponts naturels, des murs, des grottes, des « châteaux »… En fait, il y a tellement de formes possibles; les enfants ont travaillé leur imagination toute la journée!

C’était le tour de papa pour la randonnée avec Alice. Le sentier emprunté a été celui de Queens Garden avec une partie de Navajo Loop. En effet, la partie de Wall Street était fermé à cause d’un éboulis de roche. Par contre, nous avons quand même pu entrer dans une partie du « mur » de Wall Street!

IMG_6760

IMG_6800

IMG_6813

IMG_6757

IMG_6734

IMG_6680

IMG_6665

IMG_6628

Les chiens de prairie sont très amicaux dans les environs. Il est assez facile de les observer de près.

20170516_161758

Même Rose a voulu faire sa randonnée seule avec maman. Pour lui faire plaisir, pendant que papa assistait à une conférence avec les deux grandes, nous avons descendu ensemble une partie de Navajo Loop avec fierté 😉

20170516_152733

20170516_154147

Ce fût ensuite le tour de Florence avec maman. Florence et maman ont fait une longue randonnée de presque 8 km. Ce fût quand même difficile pour Florence; à cause de l’altitude, la fatigue était un peu plus présente. Par contre, l’arrivée au bout de Bryce Point l’a rempli de fierté!!! Et merci aux navettes! Nous avons emprunté le sentier de Navajo Loop pour en sortir par Peekaboo Loop. Nous avons pu ensuite reprendre la navette pour revenir au stationnement!

20170516_104942

20170516_102959

20170516_105854

 

 

 

 

 

Les paysages extraordinaires du nord de l’Arizona

 

La région de Sedona

Sur notre route pour le Grand Canyon, nous avons fait un arrêt de trois jours dans la région de Sedona. Nous avions beaucoup entendu parler de Sedona et de ses célèbres roches rouges! Nous voulions seulement passer une nuit, mais finalement (comme ça nous arrive souvent), nous y avons passé plus de temps… sans regret!

En effet, le paysage autour de la ville est à couper le souffle! Des formations de roches rouges sortent du sol en plusieurs formes différentes. Nous avons réussi malgré notre court séjour à faire deux belles randonnées: le Devil’s Bridge trail et la Cathedral Rock.

Devil’s Bridge est un pont naturel formé par l’érosion des roches rouges. Le paysage en arrière-plan est vraiment surprenant. Pour faire une belle photo, il faut combattre la peur des hauteurs et aller sur le fameux pont! J’ai gardé ma respiration lorsque Florence a été y faire son tour 😉

20170430_121640

IMG_6086

IMG_6091

 

Notre deuxième randonnée a été faite avec toute la famille. On avait vu la distance donc on s’était dit que ce ne serait pas trop difficile pour les deux plus jeunes. Mais OUF quelle randonnée! J’ai passé tout près de rebrousser chemin à plusieurs reprises. C’est qu’il s’agit d’une randonnée pédestre oui, mais en partie avec presque de l’escalade! Il faut grimper, grimper et grimper de gros rochers, ramper dans des fentes, descendre sur les fesses assez souvent… et ce, nous l’avons fait avec nos trois enfants (dont une de deux ans). Pour la maman, c’était assez stressant!

Mais pour les enfants, ça a été leur meilleure randonnée! Comme elles adorent grimper, elles ont adoré! Personne ne s’est plaint!!! Même Rose était tellement motivée. Tout le monde était impressionné de voir Rose et Alice tout en haut!! Par contre, ça nous a coûté trois paires de pantalon 🙂 Le tissu n’a pas résisté à la descente surtout!

Tout en haut de Cathedral Rock, le paysage est aussi époustouflant. Décidément, Sedona offre vraiment des paysages superbes. Des rochers en forme d’une cathédrale (comme l’indique son nom) surplombe le sentier. Tout en haut, il est aussi possible de sortir du sentier et d’aller à la rencontre de « vortex ». Les « vortex » sont des roches qui dégagent (supposément) une énergie spéciale. Des gens de partout dans le monde viennent pour faire leur yoga tout près de ces roches. Nous étions curieux… Mais honnêtement, personne parmi nous cinq n’a senti quelque chose de particulier. Il est certain qu’avec trois petites voix aiguës et stridentes, il est difficile de se concentrer pour ressentir une telle énergie, mais bon…

Je peux par contre avouer que le lieu en tant que tel est particulier; simplement par la grandeur et la beauté des oeuvres d’art de mère nature…

20170430_110316

20170430_110346

20170430_115424

20170430_115812

20170430_113946

20170430_121800

 

Alors, nous y voici: le Grand Canyon!

IMG_6128

Visiter le Grand Canyon

Le Grand Canyon est énorme! Il mesure environ 450km de long et sa profondeur moyenne est de 1300 mètres (avec un maximum à 2000 mètres). Même de l’espace, les images sont semble-t-il impressionnantes!!! Il a été d’ailleurs été façonné par le fleuve Colorado.

Comme la plupart des gens, nous avons été marcher sur le bord du « South Rim » pour admirer ce paysage grandiose. Nous avons aussi descendu un petit kilomètre ou deux avec les enfants dans le sentier qui descend tout au fond! Mais, nous avions le goût de voir le « vrai » canyon… De voir de plus près l’intérieur, de sentir la chaleur des murs, de comprendre sa grandeur! Alors, pourquoi ne pas le descendre?

Oui, on voulait le connaître plus… Mais on voulait aussi faire le défi! On devait y aller chacun notre tour évidemment; le défi étant trop important pour les enfants bien entendu!

20170501_173407

IMG_6169

IMG_6220

 

La randonnée

Comment ça marche?

Sachez que pour descendre le canyon et y faire dodo, un permis est nécessaire! Il y a deux campings à partir de South Rim: Indian Garden (dans l’oasis du milieu) et Bright Angel Campground (tout au fond). Il est possible de faire des randonnées d’une journée dans le canyon, mais il est vraiment contre-indiqué d’essayer de faire la randonnée complète en une seule journée et ce, même si la condition physique est impeccable. Un canyon n’est pas une montagne. Premièrement, on y descend en premier et on y monte en dernier lorsque l’on est fatigué (et ça monte!!) Deuxièmement, l’effet des murs rend la chaleur très difficile à supporter surtout à partir de la moitié. En effet, en bas du Grand Canyon, la température est habituellement de 20 degrés plus élevée que celle d’en haut… et ce, à l’ombre. L’effet avec le soleil ardent est assez intense! La grosse difficulté est évidemment la chaleur… Alors, le meilleur moment est au début du printemps normalement. Nous y avons été fin avril, mais nous avons quand même eu des températures d’été (105 farenheit)… Deux jours après, la météo annonçait 81 degrés…

Finalement, la randonnée est très longue. Il y a deux sentiers pour y descendre par la rive sud. Le Bright Angel et le South Kaibab. Si on descend et monte par Bright Angel, la randonnée est de 34 km. Si on fait la boucle (descente par South Kaibab et remontée par Bright Angel), la randonnée est de 27 km. J’ai choisi la plus longue. La raison principale est qu’il y a de l’eau disponible tout au long du sentier de Bright Angel… ce qui n’est pas le cas pour South Kaibab. Étant donné la chaleur annoncée, j’étais un peu craintive de prendre le sentier en autonomie d’eau. Je préférais marcher plus longtemps 😉

Steven, lui,  a emprunté le sentier de South Kaibab. Par contre, il a préféré Bright Angel pour ses paysages.

Les avertissements ne sont pas à prendre à la légère. Plus de 250 sauvetages ont lieu chaque année et même des décès ont lieu… déshydratation, efforts trop intenses, coup de chaleur etc. Alors, pour nous faire peur, des panneaux sont affichés un peu partout avec l’histoire de personnes qui sont décédées tout en effectuant la randonnée… des gens en très bonne forme pour la plupart, mais bon… qui ont essayé de le faire en une journée ou qui n’ont pas suivi les recommandations! Bref, nous sommes en très bonne forme physique et sommes habitués à faire de bonnes randonnées pédestres, mais de mon côté, j’avais quand même un peu la trouille 🙂

Par contre, je ne pouvais pas laisser l’occasion passer… Mon permis en poche, je me prépare donc la première pour l’aventure! Avec mon gros sac à dos beaucoup trop lourd pour moi (nous n’avions évidemment pas d’équipement léger à la fine pointe pour faire de longues randonnées), je pars à 7h le premier matin pour ma descente!

 

La descente

De mon côté, la descente est relativement facile. C’est un peu difficile pour les genoux surtout avec le gros poids sur mon dos, mais vraiment rien d’alarmant. Par contre, je rencontre des gens qui arrivent d’en bas et leur visage en dit long… Je prend des photos, j’admire le paysage; je relaxe sur le bord du fleuve Colorado, je prends relativement mon temps… Je prend un peu moins de 5 heures pour descendre au camping. En bas, il fait effectivement très très chaud! En plein soleil, c’est vraiment difficile. Je suis contente d’être arrivé avant midi… Je n’ai pas eu tant le temps de souffrir de la chaleur.

 

Description du canyon de l’intérieur

Malgré son apparence très aride vu d’en haut, il y a un majestueux oasis tout au milieu! En fait, l’intérieur du canyon se compose surtout de falaises de roches (plusieurs différentes roches de toutes les couleurs), de terre, de sable, de petits cactus et de petites fleurs. Le paysage est donc très aride, sec, poussiéreux et très ensoleillé (comme un désert). Par contre, au premier plateau, un oasis nous surprend! De grands arbres (cottonwood), des belles plantes vertes et beaucoup de fleurs font leur apparition. L’ombre et la fraîcheur se dessinent tout à coup. La verdure est très surprenante dans ce paysage désertique. Ensuite, le même paysage rocheux se répète et tout au fond, une autre surprise nous attend: le fleuve Colorado avec ses belles plages et sa verdure.

Le camping est situé sur le bord d’une petite rivière de l’autre côté du fleuve Colorado. Il faut d’ailleurs traversé un long pont pour se rendre au camping.

Fait assez étonnant: tout en bas du Grand Canyon, il y a aussi un ranch, des chalets à louer, une station de premiers soins et un petit restaurant. Beaucoup de gens descendent à dos de mule pour vivre l’expérience sans trop se fatiguer 😉 Évidemment, c’est très dispendieux et bon, rien ne vaut le défi de le faire à la marche. Par contre, c’est une option qui existe et donc, il est possible pour les campeurs marcheurs d’aller s’acheter une bonne limonade froide (ce que j’ai fait avec joie)!

IMG_6141

20170506_060846

20170504_093702

20170504_113105

20170506_06421920170505_073253

20170506_090936

20170506_161811

20170506_092026

20170506_164611

La remontée

Pour la remontée, étant donné que l’exercice n’est pas le même, je suis partie à 5h30 du matin. Je n’étais pas la première. La plupart des gens partent dès le lever du soleil afin de profiter de la « fraîcheur » le plus longtemps possible (même à 5h30, j’étais déjà toute collante mais au moins le soleil n’est pas très fort). Encore une fois, tout va bien pour moi. Je suis sur l’adrénaline et aussi dans le silence total depuis la veille (chose inhabituelle et appréciée pour une maman de trois filles qui parlent vraiment tout le temps). À environ 3 miles de la fin, je commence à ressentir un peu de fatigue dans mes pieds et mon dos. Mon sac à dos me fait de plus en plus souffrir (il est réellement trop lourd) et j’ai de bonnes ampoules aux pieds. La chaleur devient de plus en plus intense aussi… Aucun vent, soleil qui tape fort et en pleine montée… J’ai chaud! je travaille ben ben fort. Je rencontre un homme qui m’avertie de faire attention parce qu’il vient de voir un serpent à sonnettes. Je croise aussi un couple qui marche à peu près au même rythme que moi. On s’encourage! Je respecte les règles: je bois très très souvent, je prends beaucoup de pauses et je mange aussi souvent et ce, même si je n’ai pas vraiment faim… La durée de ma remontée a été près de six heures!

Conclusion

Lorsque j’aperçois la fin du sentier tout au loin, un sentiment d’extrême fierté m’habite. Je me tourne et je regarde tout en bas le sentier et je n’en reviens pas que je viens de monter tout ça!! J’en ai presque les larmes aux yeux… Wow, quelle expérience magique!! Le fait d’avoir vécu l’expérience seule a aussi été particulier.

Alors, après coup, je dirais que oui, il faut faire attention aux avertissements. Il faut tout de même une certaine forme physique, surtout prendre son temps (et ce, même si on a le goût d’aller vite!!) et écouter son corps. Ce n’est pas nécessairement facile, mais ce n’est pas infaisable non-plus. Pour ceux qui veulent un peu de défi, l’expérience en vaut vraiment la peine!!

 

Les autres particularités du Grand Canyon

 

Les fossiles

Autre fait intéressant: il présente des roches dont certaines sont âgées de 1,7 milliard d’années! Lors de notre visite avec les enfants, nous avons même trouvé plusieurs fossiles datant de milliers d’années. Des conférences ont lieu tous les jours et nous amène à un lit de fossile où on peut en voir beaucoup! C’est assez intriguant de savoir que tout en haut du canyon, une mer s’y trouvait et que plusieurs espèces aquatiques y vivaient… Les enfants ont adoré cette activité! C’était comme une chasse aux trésors…

IMG_6162

IMG_6164

Les espèces animales

Plusieurs espèces habitent le parc. Les plus populaires étant la chèvre de montagne, le wapiti et le condor de la Californie. Les chèvres sont très difficiles à voir. Par contre, nous avons quand même aperçu des pistes de mouflons sur le bord des falaises du canyon. Les condors sont assez fréquents quoique nous les avons aperçu tout en haut dans le ciel… Il a été difficile pour les enfants d’apprécier leur grandeur!

Par contre, des wapitis, on en a vu beaucoup. Contrairement à d’autres endroits, ils ne sont pas très peureux… Nous avons même vu deux gros mâles tout près de notre roulotte (et des enfants) dans une forêt de pins où nous étions campé (camping gratuit dispersé tout près du parc)!

IMG_6239

IMG_6245

 

 

Los Angeles et ses environs

Après plusieurs semaines dans le désert et les montagnes, nous attendions avec impatience de rencontrer à nouveau la mer… Nous nous demandions si nous allions descendre la fameuse route 1 de la Californie pour ce rendez-vous avec l’Océan ou si nous allions simplement trouver une destination pour s’établir quelques jours !

Finalement, parce que la température au nord de Los Angeles était plutôt fraîche sur le bord de la mer et que nous avions le goût de profiter de la plage sans geler… et aussi parce que nous avions besoin de faire changement et d’aller à la rencontre de la ville un peu ; nous avons choisi Los Angeles ! Sans aucun regret 🙂

LOS ANGELES… C’est près de 19M$ de personnes ; c’est Hollywood et ses grosses lettres célèbres qu’on voit dans les films, c’est Beverly Hills et Malibu avec ses quartiers riches de vedettes ; c’est aussi BEAUCOUP de gens pauvres qui dorment sous les viaducs ; c’est… du traffic; c’est aussi les montagnes, beaucoup de belles plages, des surfeurs par centaines… Et c’est aussi, beaucoup d’activités à faire !!

D’abord, nous nous sommes installés quelques jours à Castaic Lake près de Santa Clarita ; un endroit calme en pleine nature (donc moins dispendieux), mais à 45 minutes d’Hollywood. Nous nous sommes quand même payés un petit luxe en réservant quelques nuits près de la plage… petit luxe qui vaut largement la peine !

 

Hollywood

Il fallait bien aller voir les fameuses lettres de HOLLYWOOD dans la montagne et aussi visiter le « walk of fame ». Nous avons donc été marcher sur les étoiles de plusieurs de nos vedettes préférées. Comme la comédie musicale Grease est très apprécié ces temps-ci chez nous, les étoiles d’Olivia Newton-John et de John Travolta ont été très populaires! Nous en avons profité pour se payer une petite bière – pizza tout en étant dans l’ambiance « Hollywood ». Les filles étaient bien impressionnées de cette rue TRÈS commerciale et TRÈS touristique.

IMG_5946

IMG_5949

 

20170420_124049

Beverly Hills

Bon, les filles voulaient absolument voir des maisons de millionnaires… Faut croire que la richesse impressionne 😉 Pour ma part, j’avais le goût de me promener dans la ville de mon émission de jeunesse Beverly Hills 90210 hahaha !!

Nous sommes allés nous promener dans ce fameux quartier pour « fouiner » quelques palaces de vedettes. Par contre, les maisons des vedettes très connues sont vraiment difficiles à voir à partir de la route…Elles sont cachées en arrière de haies géantes, d’immenses clôtures et de magnifiques jardins. Nous avons quand même été capables d’admirer les belles maisons de la rue Sunset Beach !

Ironiquement, aux abords des autoroutes qui traversent la ville, il y a plusieurs tentes d’itinérants un peu partout. Nous avons été assez surpris que cette pratique soit tolérée par l’état. Ça ressemble parfois à des campings dépotoirs en pleine vue de chaque côté de l’autoroute…

On venait tout juste de d’admirer la richesse et ensuite, on assistait à la pauvreté  ) :

 

Malibu

Nous avons choisi une belle journée chaude pour visiter Malibu et une de ses plages. Nous avions choisi Zuma Beach… Comme nous y avions été un samedi et comme il faisait très chaud dans les terres, la plage a été très populaire ! Il y avait par conséquent beaucoup de monde, mais ce fût très plaisant de revoir la mer à nouveau ! Les enfants étaient ravis et nous aussi 😉

Et comme on voit dans les films, Malibu est très privilégié des surfeurs. Les vagues sont immenses et parfaites pour les amateurs de surf. Je n’ai jamais vu autant de surfeurs à un même endroit !

20170422_141251

 

Santa Monica, Venice et Dockweiler Beach

Nous avons campé trois nuits à Dockweiler Beach State Park tout près de Venice Beach ; le seul camping directement sur le bord de la plage !

Avec le traffic à Los Angeles ; se payer un camping où on peut aller sur la plage directement à pied est un luxe qui en vaut largement la peine !

Et que de bonheur, la piste cyclable passe directement dans le camping et longe la plage pour rejoindre Venice et Santa Monica Beach. Ça c’est tout un must ! D’autant plus que les plages au sud de la ville de Los Angeles sont très belles et très larges.

IMG_6025

IMG_6039

Le California Science Center

Ça c’était tout une découverte !!! Un musée gratuit en plus… vraiment intéressant pour les adultes et les enfants. Le gros bonus : la VRAIE navette Endeavour et son équipement qu’on peut visiter. Mais aussi, des expositions sur la vie ; le corps humain, les écosystèmes… avec pleins d’éléments qu’on peut toucher, pleins de jeux et d’activités pour faire comprendre certains concepts aux enfants et… aux adultes. Aussi, des parties seulement pour les enfants où ils peuvent jouer, jouer, jouer…

Bref, on a dû nous sortir du musée ! Ça fermait à 17h et nous avons eu le temps d’en visiter environ la moitié. Les enfants pleuraient pour ne pas partir tellement ils ont adoré. Pour ma part, c’est le plus intéressant musée que j’ai visité de toute ma vie ! Si vous venez à Los Angeles ; c’est un must ! Surtout pour le prix 😉

IMG_5961

IMG_5965

IMG_5968

 

IMG_5982

IMG_5986

 

Conclusion

Honnêtement, nous aurions pu rester plus longtemps ! Malgré l’ampleur de la ville et le coût des campings plus élevé, Los Angeles nous a agréablement surpris.

Par contre, nous sommes un peu pressés par le temps… Nous avons encore beaucoup de projets ! On veut visiter le nord de l’Arizona, passer du temps en Utah et on doit revenir un jour au Canada hahaha…

 

Une petite « saucette » à Yosemite

 

Pour aller à Yosemite, il faut être patient et aimer la compagnie… Ce parc est reconnu pour être un des plus beaux aux Etats-Unis. Par conséquent, il est aussi connu pour son « traffic » dans les dernières années…Alors, première observation: il y a beaucoup de monde et attendez-vous à faire la file pour entrer au parc et pour vous stationner!

Alors pour notre première journée, nous avons attendu près de deux heures dans la file d’attente pour atteindre la « gate ». On espérait assez fortement que ça vaudrait la peine… Surtout que la patience n’est pas mon meilleur atout en ce qui concerne les files d’attente…

20170414_150339

 

Alors, oui! C’est grandiose! Le paysage tout au long de la route de la vallée est spectaculaire. Il y a des chutes un peu partout et deux falaises de chaque côté de la route…Des falaises très très hautes qui donnent toute une sensation lorsqu’on se promène au milieu! Honnêtement, c’est assez impressionnant!

IMG_5822

IMG_5828

IMG_5842

IMG_5854

IMG_5878

IMG_5907

Par contre, il y a tellement de monde… Beaucoup de voitures, peu de stationnement (il y est très difficile de se trouver un endroit)… Bref, ça brise un peu la magie ):

Bref, nous avons écourté le tout. La petite « saucette » aura duré une journée et demi seulement. Ceci est très peu pour visiter un si grand parc. Nous aurions aimé profiter des superbes installations du parc: des belles randonnées en montagne et surtout la très longue piste cyclable asphaltée qui permet de visiter toute la vallée.

Enfin, je crois que nous sommes devenus un peu sauvage hihi!! Nous reviendrons peut-être… en prenant le temps de planifier peut-être moins achalandé…

 

 

 

Sequoia National Park

C’est avec surprise que nous avons débuté notre découverte du parc des grands sequoias. Premièrement, la route pour se rendre au camping du parc était « olé olé » avec une roulotte. Il y avait des avertissements concernant la portion APRÈS le camping Potwisha, mais aucun concernant la partie avant… Bref, les courbes et les montées étaient assez impressionnantes et ont demandé encore quelques efforts à notre conducteur désigné 😉

Deuxièmement, il n’y avait aucun séquoia à notre entrée dans le parc ni dans le camping du parc ! Pour voir ces géants, il fallait « dépiner » et monter en altitude dans une route en « tire-bouchon ». Bien sûr, aucun VR de plus de 22 pieds n’est admis sur cette route…

IMG_5780

L’altitude

Les séquoias géants poussent entre 5000 et 8000 pieds d’altitude. Donc, c’était assez frais et pleins de neige…Ça non-plus, nous ne l’avions pas prévu. Notre journée envisagée pour faire de la randonnée dans les séquoias a été raccourcie par manque de bottes d’hiver (et non, ça ne nous tentait pas de les traîner pour ce voyage-ci). Nous sommes équipés pour une température d’automne alors après la visite du Général Sherman et une courte randonnée, tous les petits pieds étaient mouillés… Nous avons donc visité le reste de l’après-midi en voiture !

 

Les séquoias géants

IMG_5652

IMG_5660

IMG_5688

IMG_5720

IMG_5772

IMG_5771

 

Général Sherman

Revenons au Général Sherman… Il est le plus gros arbre au monde ! Eh oui, nous avons touché au plus gros arbre au monde… Sa base fait 36,5 pieds (11 m) de diamètre ; sa plus grosse branche 6,8 pieds (2 m) de diamètre, sa circonférence est de 103 pieds (31 m) et il mesure 275 pieds de hauteur. Il pèse aussi 1385 tonnes. Attention par contre, ce n’est pas l’arbre le plus haut ni le plus large, mais le volume de son tronc en fait l’arbre le plus gros de la terre ! En passant, son âge est estimé à environ 2200 ans.

Si on fait un calcul rapide, comme nous sommes en 2017, ça veut dire que Général Sherman existait avant l’an 0 ! Il en a rencontré du monde n’est-ce-pas?

IMG_5668

Les autres records

On a recensé dans le parc des sequoias avec une largeur maximum de 40 pieds et une hauteur maximum de 311 pieds. Aussi, il y a certains géants qui dépassent les 3000 ans. En fait, contrairement à l’humain par exemple, le sequoia n’arrête jamais de grandir et de grossir à l’âge adulte. Ils finissent par tomber parfois à cause du vent ou d’un appauvrissement du système racinaire.

Il faut dire aussi que les séquoias ne sont pas les arbres les plus hauts. Les arbres redwood sont les plus hauts, mais ils sont beaucoup moins larges. Ils se retrouvent dans le nord de la Californie et en Oregon.

Inutile de vous dire qu’on se sent tellement petits à côté de ces géants. Regarder au ciel pour voir leur sommet est carrément étourdissant.

IMG_5703

Les cocottes

Paradoxalement, les cocottes des sequoias sont très petites. En fait, elles sont semblables à celles des épinettes de chez nous quoique plus rondes et beaucoup plus compactes. Elles sont dures comme des roches !!! Nous avons amassé des cocottes géantes, mais elles appartiennent à une sorte de pins (Sugar pine). Ce sont de très gros pins par rapport à ceux du Québec, mais ils sont quand même beaucoup plus petits que les séquoias.

17836654_10156017762057564_267558055_o

La reproduction des séquoias

Vous avez sûrement aussi remarqué que la plupart des séquoias ont une partie de leur tronc qui est brûlé…En fait, comme les gros séquoias sont très vieux, ils ont « rencontré » plusieurs feux de forêts au cours de leur existence. Les sequoias ne meurent pas des feux de forêt… Ils sont en fait très résistants à toute sorte de conditions. D’ailleurs, les feux de forêt sont bénéfiques pour les séquoias. Grâce à eux, les graines peuvent sortir des cocottes pour s’enraciner dans la terre et faire pousser des nouveaux sequoias ! Les feux de forêt sont donc nécessaires à leur reproduction.

IMG_5692

 

Les autres attractions du parc

 

Moro rock est aussi un endroit beaucoup visité. Il s’agit d’un gros « boulder » de granite perché tout en haut de la forêt des séquoias. Une randonnée permet d’y monter tout en haut. Après l’ascension des 400 marches d’escaliers, la vue est imprenable. On y aperçoit les pics enneigés des Sierra Nevada, la forêt de séquoias et de grands pins ainsi que la fameuse route en « tire-bouchon » qui escalade la montagne.

IMG_5591

IMG_5794

IMG_5788

IMG_5783

Tunnel log est un tunnel dans un sequoia (tombé par terre) qui sert de route. La hauteur maximum est de 8 pieds par contre alors il faut oublier les camionnettes. Un autre tunnel (plus petit cette fois) a aussi été préparé pour les marcheurs…

IMG_5633

Tout près du camping Potwisha, il y a aussi une belle rivière avec des randonnées où on peut y voir des pétroglyphes anciens. Il y a aussi beaucoup de chevreuils TRÈS facile à approcher au grand plaisir des enfants et aussi beaucoup d’ours (ça, c’est moins le fun à approcher). Steven a même rencontré une mère avec ses deux oursons tout près de la rivière…

IMG_5605

IMG_5578

 

La route panoramique 395

La sortie de Death Valley par la très impressionnante route 190 nous amène directement sur la route panoramique 395. Nous avions beaucoup entendu parler de cette route et de ses paysages. Effectivement, la route longe la chaîne de montagne « Sierra Nevada » avec le Mont Whitney et ses 14 505 pieds d’altitude (plus haut point des USA sauf Alaska). Le Mont Whitney se retrouve juste en face de Lone Pine, petit village sympathique où nous avons élu domicile pour quelques jours.

Lone Pine et Alabama Hills

Nous avons campé dans un BLM dans les collines « Alabama » à Movie flats; endroit réputé pour le tournage de plusieurs films dont Star Trek, Gladiator et Iron Man…

L’endroit a été un coup de cœur pour nous. Sans aucun doute, il s’agit de notre plus beau « spot » de camping! Le panorama est incroyable et l’endroit est paisible. Il y a aussi pleins de belles possibilités de « hiking » et ce fût un incroyable terrain de jeux pour nos petites grimpeuses…

 

IMG_5533

IMG_5459

IMG_5462

IMG_5466

IMG_5510

IMG_5520

 

Cet endroit a aussi fait partie du « California Gold Rush ». À force de fouiller, nous avons trouvé plusieurs anciennes mines et Steven s’est fait un plaisir fou de chercher de l’or… Bon, nous ne sommes pas devenus riches finalement, mais les filles ont ramené quelques souvenirs!

IMG_5506

IMG_5488

IMG_5499

IMG_5494

 

Mammoth Lakes

Il y a beaucoup de belles découvertes à faire tout au long de la route 395 de Lone Pine jusqu’à Yosemite. Par contre, cette route est tout en altitude. À Lone Pine, nous sommes à environ 3000 pieds d’altitude, mais plus on monde vers Yosemite, plus ça se complique… Bref, en avril, la plupart des attractions ne sont pas ouvertes encore. Les routes sont parfois fermées et c’est très enneigé. Nous n’avions pas trop le goût d’aller campé dans la neige dans des routes difficiles alors nous avons gardé notre camp de base à Lone Pine. Par contre, nous avons quand même décidé de monter (sans la roulotte) jusqu’à Mammoth Lakes pour jouer dans la neige un peu J

La ville est à 7880 pieds et la station de ski est à un maximum de 11 059 pieds d’altitude. Inutile de dire que nous avons perdu près de 20 degrés en l’espace de 1h40 de route…Et de la neige, il y en a ! Près de 33 pieds de neige en moyenne tombent ici chaque année ; ça fait beaucoup ! Les filles n’étaient pas déçues… Elles voulaient en voir, en toucher, jouer… Elles ont été servies.

Et comme toute ville en altitude, c’est très venteux. Mettons qu’elles n’ont pas joué dehors si longtemps finalement hahaha !! On a aimé notre retour à 23 degrés à la fin de la journée 😉

IMG_5551

IMG_5553

IMG_5563

IMG_5573

20170406_142034

 

Death Valley et le désert de Mojave

Après Joshua Tree National Park, nous voilà à la découverte de Death Valley. Son nom est assez intrigant… En fait, je ne sais pas trop pourquoi ils ont nommé ce parc avec un mot si sinistre parce qu’au fait, ce parc est majestueux!

J’imagine que les chaleurs extrêmes y sont pour quelque chose… D’ailleurs, nous avons choisi un week-end où les prévisions semblaient être acceptables (autour de 32 degrés Celsius) comparativement à la semaine qui suivait où ça frôlait le 40 degrés. L’hiver est un bon moment pour visiter. Je ne recommanderai certainement pas de visiter en été 😉

 

Traversée de Mojave et route 66

Nous avions prévu traverser le désert de Mojave pour arriver à notre BLM (terres publiques où il est permis de camper gratuitement) tout près de Death Valley en fin d’après-midi.

Juste avant l’entrée dans le Mojave National Preserve, nous avons fait un arrêt essence à Amboy et ce, même si notre réservoir était au 2/3. Effectivement, lors de la traversée d’un désert, vaut mieux être toujours au maximum en essence!

Finalement, ce fût une très belle découverte pour nous. Nous avons arrêté dans un petit village où le poste d’essence avait été conservé intact depuis la création de la fameuse route 66. Même les pompes à essence en disent long. Il paraît qu’on y a tourné plusieurs films ici. Le prix pour l’essence y est assez élevé merci (pour le prix que l’on paie aux USA). Même si en Californie le prix de l’essence y est beaucoup plus dispendieux qu’ailleurs, 4,99$ le gallon est notre prix record! Peu importe, faut ce qui faut! Nous nous sommes même laissé tenter par une petite « route » beer (très populaire sur place)!

(49)

(43)

(53)

(38)

Après ce petit arrêt dîner, repos et « refill », nous voilà prêt pour la traversée de Mojave. En milieu d’après-midi, le vent se lève assez fortement. Avec le sable tout autour, ce n’est pas un très bon mélange… Finalement, on se rend bien compte que la situation empire et que nous sommes pris dans une tempête de sable. Impossible de se ranger… Il n’y a pas d’accotement pour un très bon bout ni aucun village pour se poser. La visibilité devient nulle par endroit… Nous avons des sueurs froides. À un certain moment même, le ciel devient brun foncé et tout autour de nous, il fait sombre… C’était presque irréel! On ne voit rien; complètement rien! Steven ne voit même pas le devant du pick-up; c’est pour dire. J’essaie d’enfoncer ma tête sur le côté de ma fenêtre pour voir la ligne blanche afin au moins qu’il garde son bord. On ralentit au point où on roule environ 5 miles à l’heure… On est certain que quelqu’un va nous rentrer dedans… À un certain moment, le ciel s’éclaircit un petit peu et on finit par voir deux autos en sens inverse juste à côté de nous. Pour nous, ce fût un miracle qu’il n’y ait pas eu d’accident! À notre connaissance, personne n’a accroché personne… Impressionnant parce que personne ne voyait rien! Finalement, la tempête a duré encore quelques temps, mais nous n’avons pas eu autant de perte de visibilité. Un peu plus loin, des montagnes ont apparu et ont protégé la visibilité de la route. Le vent se déchaînait tout autant et le sable était partout dans le ciel, mais l’effet des montagnes donnaient seulement de la poudrerie.

20170330_145821

 

Pour vous dire, un moment donné, quelques gouttes de pluie ont tombé et sur le pare-brise de l’auto, c’était carrément de la « bouette« ! Les gouttes d’eau en tombant devaient « prendre » en passant le sable dans l’air avant de tomber… Quand même assez spécial !

20170330_160638

Finalement, nous avons trouvé un mini-village un peu plus loin et donc un endroit pour nous arrêter. Enfin! On ne voulait surtout pas goûter à un autre moment de non-visibilité et en plus, le vent était tellement fort que Steven avait vraiment peut qu’on renverse dans la route avec la roulotte… Bref, petit arrêt dodo qui était fort apprécié. Évidemment, nous n’avons pas atteint Death Valley tel que prévu, mais nous étions bien heureux d’être sains et saufs 🙂

 

Death Valley National Park

Le lendemain, nous avons filé vers Death Valley. Le vent était encore fort, mais sans conséquence notable. Nous avons trouvé un BLM tout près de l’entrée de Death Valley par la route 190. Un endroit gratuit avec de belles dalles de béton, de beaux emplacements assez grands et à 3000 pieds d’altitude donc avec une température parfaite! L’endroit est très calme, les emplacements sont parfaits et on y a même rencontré d’autres québécois. Nous aurions aimé campé directement à Death Valley, mais après visite des lieux, nous avons décidé d’éviter la chaleur étouffante.

(56)

(123)

Nous avons passé 4 jours à visiter Death Valley. Ce n’est pas surprenant d’entendre que cet endroit est la terre des extrêmes.

À un certain moment, on est à moins 282 pieds sous le niveau de la mer (Badwater, une mer salée asséchée) à une température étouffante et juste en face, il y a des montagnes aux sommets enneigés.

IMG_5281

 

IMG_5283

IMG_5325

(107)

D’un côté, des dunes de sable d’une hauteur incomparable et de l’autre des montagnes magnifiques, particulières… ondulées et craquées par des tremblements de terre avec des couleurs passant du beige, brun au jaune, vert, bleu et même rouge!

IMG_5398

IMG_5394

Parfois des montagnes avec aucune végétation… rien!! Et d’autres avec des cactus et petits arbustes… Parfois, des endroits craqués par la sécheresse (2 pouces de pluie par année tombent ici) et hop, un oasis en plein milieu de ce désert avec une allée de palmiers.

IMG_5360

Death Valley est d’ailleurs l’endroit le plus chaud et le plus aride de l’Amérique du Nord. En été, la température dépasse les 50 degrés Celsius. Il y a même eu un record mondial en 1913 où la température de l’air enregistrée a été de 57 degrés Celsius. Malgré la rudesse et la sévérité de l’environnement, plus de 900 espèces de plantes poussent dans le parc. Elles se sont adaptées aux conditions désertiques de différentes façons. On y a appris que certaines espèces ont des racines qui s’enfoncent à plus de 15 m. Intrigant pour de si petites plantes…

IMG_5405

 

Vraiment, ce parc a beaucoup à offrir !!! On est vraiment au milieu de nulle part… sans aucun signal cellulaire, radio ou télévision et même si le parc est très visité, c’est tellement grand et il est facile de trouver des randonnées assez tranquilles.

C’est d’ailleurs de cette façon que je me suis senti lors de ma randonnée en solitaire (seule avec moi-même pendant que la « familia » relaxait dans la roulotte). J’ai fait la traversé de Zabriskie Point vers Golden Canyon et Red Cathedral tout près de Badwater. À un certain moment, je me sentais VRAIMENT au milieu de nulle part ; seule au monde… avec comme panorama des montagnes dont on aurait une impression de façonnement à la main…

Je recommande très fortement cette randonnée. C’est environ 3 heures de marche. Il y a des moments où on survole les montagnes et d’autres où on passe dans les canyons. Il fait par contre très très chaud surtout en après-midi… Il ne faut pas prendre à la légère les avertissements concernant l’eau et les coups de chaleur. Effectivement, même si au stationnement, on indique 34 degrés Celsius, il fait beaucoup plus chaud à l’intérieur des canyons et le soleil est ardent!

20170402_100003

20170402_101343

20170402_101828

20170402_110342

20170402_145311

20170402_094813

 

Quitter Death Valley

Il nous fallait bien quitter Death Valley. D’autres merveilles nous attendent…

Mais attention, ceux qui sont en VR, soyez avertis par la sortie du parc par la 190 du côté de Paramint Springs. Nous avons choisi de passer par là pour rejoindre la pittoresque route 395 près du Mont Whitney. On ne le refera pas deux fois !!!

La route est belle, magnifique, surprenante oui !!! Mais pas pour des VR. En VR, ça se transforme en des freins qui chauffent, une transmission et un moteur qui travaille à son maximum. Partout dans Death Valley, plusieurs routes sont interdites ou non recommandées pour des VR de plus de 25 pieds. Et c’est clairement indiqué ! Cette fois-ci, ça ne l’était pas et quand on s’en rend compte, c’est pratiquement impossible de rebrousser chemin avec une roulotte de 35 pieds. Surtout qu’il y a vraiment pleins de VR…et de toutes les grosseurs. C’est en plus, une route très empruntée. Il y a quelques petits accotements pour « reposer » la machine avant ou après les côtes (on a profité de TOUS les arrêts) ! Nous avons su par la suite que quelques conducteurs étaient arrivés en bas de la route avec des freins en moins… Quand même, il s’agit d’une pente de 9% sur 20 miles… avec des canyons, des ravins sans accotements, des courbes très prononcées souvent sans garde-corps. Je n’ai même pas pu prendre de photos tellement j’étais sous le choc ! Notre dodge ram a fait tout un combat 😉